L'Europe fait le point sur les agro-carburant Les compagnies low-cost Météo : paramètre déterminants du déroulement des vols  Le guidage des avions L'avion de demain L'entretien et la maintenance des avions 50 ans d'aviation L'Onéra Direction générale de l'Aviation civile Les contrôleurs La caravelle

Une phraséologie spécifique aux pilotes et aux contrôleurs aériens

La communication entre les pilotes d'avion et les contrôleurs aériens est primordiale pour la sécurité d'un vol. Pour se comprendre indépendamment de leur langue natale, ils utilisent un langage spécifique. Ce code verbal permet des échanges radio clairs, concis, et sans ambigüité.

C’était à Ténériffe en 1977. Un pilote, qui attendait son envol, a entendu le contrôleur prononcer le mot "décollage" et a cru qu'il était autorisé à décoller. Résultat : la collision entre les deux Boeing 747 a fait 583 victimes. Depuis cet accident, le mot "décollage" ne peut être utilisé que pour donner l’autorisation de décollage. Pour toute autre utilisation, il est remplacé par les mots "envol" ou "départ".

La phraséologie du contrôle aérien est un langage aéronautique codé qui se décline dans les quatre langues officielles de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) : l’anglais, l'espagnol, le français et le russe. Si la langue nationale est l’une d’entre elles, elle peut être utilisée, mais c’est l’anglais qui est utilisée par tous les systèmes de contrôle. L’OACI édite chaque année un guide de la phraséologie qui s'applique à tous les États et répertorie les évolutions de ce langage. Avant d'être répertoriés, les mots sont minutieusement analysés. Des équipes de contrôle notent les incidents survenus et, le cas échéant, apportent les modifications de langage qui s’imposent. Ainsi, le mot « affirmatif » a été transformé en « affirme » pour éviter toute confusions avec le mot « négatif » !

Ce langage bref et sans fioriture est destiné à éviter les risques d'incompréhension : approximation, mauvaise interprétation, problème de prononciation, mauvaise réception des messages. Ils peuvent aussi bien être liés aux difficultés de la pratique d'une langue étrangère qu’à la saturation des fréquences radio. La phraséologie limite donc les échanges au strict minimum. Articles, pronoms et déterminants n’en font pas partie. Pour ne pas confondre « descendez deux mille pieds » avec « descendez de mille pieds », l'expression utilisée doit être « descendez altitude deux mille pieds ». Chaque mot à un sens précis et le message est le plus bref possible. « Autorisé décollage piste 9, vent du 280, 7 nœuds » est la manière la plus concise de donner une autorisation de décoller sur la piste 9 avec un vent de force 7 est-ouest à 280°.

Toutes les lettres doivent être prononcées selon l’alphabet aéronautique et des expressions réglementaires ont même été définies (voir ci-contre).


Dans l’hexagone, contrôleurs et pilotes doivent maîtriser la phraséologie en français comme en anglais. Aux États-Unis et en Grande-Bretagne, ils sont spécialement formés pour interpréter l'anglais pratiqué par les non-anglophones. Les problèmes de prononciation et de phonétique sont également pris en compte par le document publié par l'OACI. Ainsi three (trois), prononcé « sri » avec la langue derrière les dents, est devenu « tri » pour plus de clarté.

WQ, page mise à jour le 24 janvier 2011

La phraséologie, le langage commun au pilote et au contrôleur aérien
© copyright Aéroports de Paris / Vidéo Amplitude

>> L'alphabet aéronautique

Toutes les lettres doivent être prononcées selon l'alphabet aéronautique :

Alpha pour A, Bravo pour B, etc. L'alphabet se récite alors Alpha, Bravo, Charlie, Delta, Echo, Fox-trot, Golf, Hotel, India, Juliett, Kilo, Lima, Mike, November, Oscar, Papa, Quebec, Romeo, Sierra, Tango, Uniform, Victor, Whiskey, Xray ,Yankee, Zulu.

Ces mots ne portent pas à confusion, contrairement à "D comme Denise" ou "M comme Moise" !

>> Les expressions réglementaires

La phraséologie a défini diverses expressions réglementaires.

« Collationnez » signifie « répétez le message comme vous l’avez reçu » et non « allez mangez » !

Le fameux titre des Beatles « She's got a ticket to ride » informe d’une turbulence provoquée par la proximité d’un autre avion.

« I have a tiger » signale la proximité d’une grosse perturbation.