Les eaux de ruissellement dans les aéroports Le plan d'exposition au bruit et urbanisation Bruit : Une prise de conscience nationale Des moteurs d'avion silencieux ? Un PDE pour les salariés des aéroports franciliens Dechets : La gestion des produits dangereux La gestion des déchets verts Le traitement des déchets Chantier propre et HQE Bioévaluation environnementale Une centrale géothermique à l'aéroport Paris-Orly Accréditation carbone des aéroports

Groupe ADP en œuvre des chantiers propres

Les chantiers sont à l'origine d'une production importante de déchets, inertes ou dangereux, et de risques de pollution de l'air, de l'eau…. Groupe ADP mène de nombreux chantiers et doit en limiter les impacts environnementaux.​​

Groupe ADP a signé en 2005 la charte du Val d’Oise et en 2006 celle de l'Essonne afin d'améliorer le respect de l’environnement par une meilleure gestion des déchets de chantier. Ces chartes ont été élaborées en concertation avec les différents partenaires des départements.
Un cahier de prescriptions environnementales de chantier a été élaboré et dix chantiers pilotes ont été sélectionnés pour sa première mise en œuvre. Ce cahier intégré aux pièces de la consultation des entreprises reprend des exigences et préconisations concernant la limitation des consommations d'eau et d'énergie sur le chantier, des risques de pollution de l'eau et de l'air et des nuisances de chantier (bruit, poussière) ainsi que la gestion des déchets pour les limiter la source et les trier pour les valoriser.
 
Un engagement de tous les acteurs
 
L’ensemble des acteurs s’engage : les maîtres d’ouvrages à encourager les réductions à la source des déchets de chantier - gravats, bétons, plâtres, bitumes, déchets métalliques, etc. - et le tri, les maîtres d’œuvre à intégrer ces éléments aux coûts et enfin les entreprises à respecter le tri des déchets.
« La prise en compte des questions environnementales constitue aujourd’hui un élément stratégique de notre service » confirme Jean- Marc Rouxel, du service Achats, travaux et équipements du Groupe ADP. L’intégration progressive des pratiques de RSE s’effectue en collaboration avec la direction de l’Environnement. Cette politique d’éco-management sort du cadre plus général de la stratégie de développement durable du groupe pour intégrer la réalité des projets et activités gérés par les équipes du service Travaux.
 
La direction de la Maîtrise d'ouvrage a rédigé un cahier de prescriptions environnementales de chantier afin que le Groupe ADP et ses sous-traitants s’engagent contractuellement sur la pratique du tri, les moyens de transport des déchets, le lieu et la nature de leur traitement (recyclage, valorisation énergétique) et son coût. Les acteurs impliqués dans la construction ont été sensibilisé au tri sélectif et aux bonnes pratiques environnementales.
Depuis 2005, la direction des achats associe au coût de la prestation brute un coût de retraitement des déchets sur les contrats commerciaux.

Un chantier de démolition innovant à Paris-Orly
 
L'installation d'une usine de concassage sur le chantier de démolition à permis d'économiser 11 000 litres de gazole, 70 tonnes de CO2 et de réduire de 50 % le coût de démolition de deux bâtiments.

Illustration avec la “déconstruction” des bâtiments 225 et 280 à Paris-Orly. Initialement, le processus de “démolition” prévoit le transport des matériaux et leur mise en décharge. La variante retenue apporte des différences significatives et efficaces. « Nous avons installé une usine de concassage sur site, ce qui nous a permis de réutiliser les matériaux sur place, pour le remblaiement des parkings et des accès. » Pour le transport des 25 000 tonnes de matériaux, 1 250 rotations de camions étaient prévues avec le projet initial, soit 31 250 kms.
 
« Avec la variante, en tout, nous avons économisé 11 000 litres de gazole, 70 tonnes de CO2 et réduit de 50 % le coût de l’opération. »
 
La rénovation des halls 2 et 3 d’Orly Ouest
 
Groupe ADP​ a exigé des entreprises le recyclage des membranes de PVC assurant l’étanchéité du toit. Des règles de démontage ont été mises en œuvre afin d’assurer qu’aucun élément étranger (vis, clou…) ne détériore la qualité du matériel enlevé et son futur recyclage. Ainsi 20 tonnes de résidus PVC ont été réduites en poudre et ont servi de matière première complémentaire dans la production de nouvelles membranes.


Mise en ligne le 22 novembre 2010
La gestion de l'eau et des déchets au satellite S4 de Paris-CDG
© copyright Groupe ADP - DDDI