Les eaux de ruissellement dans les aéroports Le plan d'exposition au bruit et urbanisation Bruit : Une prise de conscience nationale Des moteurs d'avion silencieux ? Un PDE pour les salariés des aéroports franciliens Dechets : La gestion des produits dangereux La gestion des déchets verts Le traitement des déchets Chantier propre et HQE Bioévaluation environnementale Une centrale géothermique à l'aéroport Paris-Orly Accréditation carbone des aéroports

Clean Sky 2, la maîtrise des impacts environnementaux

 

Le programme de recherche Clean Sky rassemble les grands acteurs du secteur aéronautique européen. Une étape décisive vers les objectifs de performance environnementale de l’Union pour 2050.

Lors du salon aéronautique de Berlin de 2012, les principaux acteurs de l’industrie aéronautique européenne ont déclaré vouloir poursuivre leurs efforts en matière de recherche environnementale avec le programme Clean Sky 2.
 
La deuxième édition de ce partenariat public-privé, chapeauté par l’Union européenne via l’ACARE (Conseil européen pour la recherche et l’innovation en Europe), portera sur une période de sept ans de 2014 à 2020. L’agenda des travaux sera planifié selon les modalités définies par le SRIA (agenda de recherche stratégique et d’innovation).
 
Rappelons que les objectifs de l’ACARE pour 2020 visent à réduire les émissions de CO2 de 50 %, celles de NOx (oxydes d’azote) de 80 % et une baisse du bruit perçu au sol de 50 %.
 
Flightpath 2050
Au niveau global, le programme Clean Sky 2 constituera un tremplin vers la réalisation des objectifs de l’Union européenne pour les performances environnementales du secteur aéronautique à l’horizon 2050, telles que définies en 2011 par la charte européenne Flightpath 2050. Dans son volet environnemental, celle-ci envisage notamment de réduire les émissions de CO2 par passager de 75 %, les NOx de 90 % et le bruit perçu au sol de 90 %.
 
Avec le programme Clean Sky, les constructeurs européens sont donc bien placés sur le terrain de la recherche. Ainsi la compagnie Airbus a été choisie en septembre 2012 par la société chinoise China Petroleum & Chemical Corporation (Sinopec) pour développer un biocarburant renouvelable destiné au marché chinois.
 
Afin de réduire leurs émissions de GES, les constructeurs et équipementiers du secteur aérien se sont engagés dans une course à tous les niveaux de la chaîne de production. Au-delà des améliorations aérodynamiques comme les winglets ou les Blended Wings Bodies, les efforts de la recherche portent aussi sur le gain de poids via le développement de matériaux composites, ou un meilleur rendement des moteurs par l’optimisation des chambres de combustion. Mais le temps de la recherche aéronautique est long et ne devrait pas déboucher sur de grandes ruptures technologiques à court terme.
 

Mis à jour en 2012

Avions au roulage
© Aéroports de Paris