Les eaux de ruissellement dans les aéroports Le plan d'exposition au bruit et urbanisation Bruit : Une prise de conscience nationale Des moteurs d'avion silencieux ? Un PDE pour les salariés des aéroports franciliens Dechets : La gestion des produits dangereux La gestion des déchets verts Le traitement des déchets Chantier propre et HQE Bioévaluation environnementale Une centrale géothermique à l'aéroport Paris-Orly Accréditation carbone des aéroports
Environnement
Qualité de l’air

La qualité de l’air est un critère déterminant de la qualité de vie en Île-de-France. Pour l'améliorer, il faudra une mobilisation de chaque citoyen et des actions exemplaires de la part des grands acteurs économiques.

Améliorer l’air que l’on respire : tel est le défi majeur que doivent désormais relever les franciliens. Il faut faire évoluer le comportement individuel, mais il est également nécessaire de rechercher des actions concrètes dans chaque grand secteur économique.

 

La réglementation

 

Une réponse est apportée par la loi sur l'air et l'utilisation rationnelle de l'énergie, la Laure, publiée en 1996. Elle a prévu trois grands instruments : le schéma régional du climat, de l'air et de l'énergie (SCRAE) qui remplace le plan régional de la qualité de l'air (PRQA), le plan de déplacements urbains (PDU) et le plan de protection de l'atmosphère (PPA).

 

L’objectif du PPA est de mettre en œuvre un plan de réduction des émissions afin de respecter les limites réglementaires, de minimiser l’impact sanitaire des pollutions et de réduire le nombre de jours de pics de pollution. En ligne de mire, les principaux polluants de la basse atmosphère qui ne respectent pas la réglementation. Le premier PPA de l'agglomération parisienne date de 2006. Le second PPA a été approuvé le 25 mars 2013.

 

Certains polluants jouent sur la qualité de l'air, d'autres sur le changement climatique

 

Certains polluants de l’air ont un effet local et influencent directement la qualité de l’air. Ce sont en particulier le dioxyde de soufre (SO2), les oxydes d’azote (NO, NO2), les hydrocarbures non brûlés (HC), les composés organiques volatils (COV) et les particules en suspension (PM10) qui peuvent contenir des composés organiques ou métalliques (plomb, mercure, cadmium, etc.). Exceptés les oxydes d’azote, ils n’ont pas d’effet global et ne contribuent au changement climatique, contrairement à d’autres polluants appelés gaz à effet de serre ou GES, comme les oxydes de carbone (CO, CO2), hydro chlorofluorocarbures (HCFC) ou le méthane (CH4). 

 

 

 

Mis à jour le 9 octobre 2014

>> Bilan qualité de l’air

Chaque année, le ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie établit un bilan de la qualité de l’air en France, en collaboration avec l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) et l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (INERIS). Ce bilan est établi notamment à partir des données transmises par les associations agréées de surveillance de la qualité de l’air (AASQA) à la base nationale de données sur la qualité de l’air. Des informations complémentaires sont également disponibles sur les sites Internet www.buldair.org et www.prevair.org ainsi que des bilans locaux sur le site de la fédération des AASQA www.atmo-france.org

>>Tous les bilans de la qualité de l'air en France (PDF)

X