Polluants de l’air

Certains polluants ont un effet local et impactent la qualité de l'air. D'autres ont un effet global et participent au changement climatique. Quelles sont les sources de ces polluants et leurs propriétés ?

Les oxydes d'azotes

Les oxydes d’azote sont produits principalement par le trafic automobile, l’industrie et le secteur résidentiel. Les principales sources d'oxydes d’azote (NOx) sont les moteurs thermiques, les chaudières et les turbines, dont le comburant est l'air. Les NOx sont un indicateur de la pollution du trafic routier. Pour les avions, les NOxsont émis en sortie de chambre de combustion du moteur par oxydation de l’azote dans l’air lors des phases de décollage, de montée et de croisière. Le NO, principal composé émis à la sortie d’une source de combustion, se transforme en NO2 en présence d’oxygène. Les oxydes d’azote interviennent également dans la formation des oxydants photochimiques, précurseurs d'ozone.

L'ozone

Sous l’action des rayons ultraviolets et de la chaleur, des polluants primaires – directement issus des transports ou d’origine industrielle - se transforment dans la basse atmosphère en un polluant secondaire, l’ozone (Oous l’action des rayons ultraviolets et de la chaleur, des polluants primaires – directement issus des transports ou d’origine industrielle - se transforment dans la basse atmosphère en un polluant secondaire, l’ozone (O3). Cette transformation nécessite un certain temps durant lequel les masses d’air se déplacent. C’est pourquoi ces polluants primaires touchent des territoires souvent plus étendus que les zones où ils sont émis. L’ozone est en hausse régulière avec de trop nombreux pics supérieurs aux normes. L’ozone (O3) est un polluant secondaire puisqu’il n’est pas émis directement par une source particulière mais produit par une transformation photochimique des oxydes d’azote et des composés organiques volatils (COV). De fortes valeurs en ozone sont constatées en période estivale du fait de la chaleur. Les avions n'émettent pas ce composé.

Le dioxyde de soufre

Le dioxyde de soufre (SO2)  résulte de la combustion du fioul, du charbon, lignite, coke de pétrole, fuel lourd, fuel domestique et gazole. 60 % des émissions de SO2 d’Île-de-France proviennent des centrales thermiques et les grandes installations de combustion tandis que le chauffage individuel ou collectif en émet 20 %. Les transports sont de faibles émetteurs. Ce sont les moteurs Diesel qui en émettent le plus. Le gaz naturel, le GPL et le bois sont des combustibles très peu soufrés. Pour l’avion, les SO2 et les SOx proviennent de l’oxydation du soufre contenu dans le kérosène lors de la combustion. L’émission de ce polluant ne dépend pas de la phase de vol, mais de la quantité de combustible utilisée.

Les particules PM10

Les particules sont des composés très hétérogènes produites soit par la nature - vent de poussières, pollens, bactéries, aérosol marins, cendres volcaniques - soit par des activités humaines. Les particules s’échappent des véhicules, des chantiers, des combustions industrielles, des chaussées et des pneus sous l’effet des frottements.  Les particules sont de taille, de couleur, de composition chimique et de densités différentes. Les particules dont la taille est inférieure à 10 µm peuvent pénétrer dans l’arbre respiratoire. Ce sont donc elles qui sont prélevées et dont on mesure la concentration. Les suies sont les résidus solides des gaz d’échappement. Leur formation est d’autant plus importante que les carburants sont riches en composés aromatiques. Les avions en émettent particulièrement lors des phases de décollage et de montée, lorsque les moteurs sont  à plein régime.

WQ, dernière mise à jour le 25 mai 2011

Les missions du laboratoire d'Aéroports de Paris par Grégory Magnani et Jean-Claude Daniel
© copyright Aéroports de Paris