Exposition «Regard d’artiste sur les prairies aéroportuaires»

REPORTÉE

Quel est le trait d'union entre l'artiste Marina Le Gall et les agents du péril animalier des aires aéronautiques de l'aéroport Paris-Orly ?

La faune et la flore, bien sûr ! La seule différence réside dans leurs champs d'intervention et leur domaine d'expertise.

 Le personnel du péril animalier des aires aéronautiques conjugue connaissance de la biodiversité de la plate-forme et missions de sécurité, pour une meilleure gestion de la faune et de la flore. L'emprise de Paris-Orly s'étend sur quelques 1 400 hectares, un domaine dont près de la moitié est constituée de prairies. Le terrain héberge 79 espèces animales dont la population est minutieusement surveillée et cadrée notamment par la gestion de la flore afin de favoriser les espèces sans danger et éloigner celles qui ont un impact sur la sécurité aérienne.

Les aires avions de Paris-Orly ont donc été une formidable nouvelle piste de travail pour Marina Le Gall, notamment grâce à l'alternance de parcelles en gestion différenciée et de zones bétonnées.«  J'ai interprété ceci comme un espace en mouvement où la faune tente une continuelle reconquête de l'espace "sauvage" et de l'espace domestiqué. Les agents du péril animalier ont été pour moi comme les narrateurs du récit quotidien de l'adaptation de la faune à cet environnement particulier dominé par l'homme » nous confie-t-elle.

 

Libre accès à l'exposition éphémère du lundi au vendredi de 8h30 à 16h30

>>L'ARTISTE

MARINA LE GALL

L'œuvre de Marina expose la nature. Son travail tisse des liens entre la faune et le paysage. L'impact des activités humaines sur le territoire est souvent le point de départ de sa pratique tant picturale que sculpturale.

Dans le cadre du 20ème appel à projet lancé en 2016 par l’association AME, Art et Mécénat en entreprise, Marina a réalisé spécialement une nuée d'oiseaux en céramique exposée durant un an dans le hall 3 à proximité des banques d'enregistrement du terminal Ouest de l'aéroport Paris-Orly. « J'ai tenu à représenter une espèce migratrice qui ne se pose sur terre que pour la nidification. Donc ils sont tout le temps dans les airs comme les avions ! »

Découvrez d'autres œuvres de Marina Le Gall

© Julien de Gasquet
© Groupe ADP